• Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Archive mensuelle de octobre 2010

Hallowenn et le satanisme

Halloween et le satanisme

 

Hallowenn et le satanisme dans HALLOWENN haloween« Halloween : Festival païen célébré le 31 octobre au soir, précédant la Toussaint. Fête la plus importante dans le calendrier des Satanistes. Plusieurs personnes du monde occulte affirment que c’est une période où il est plus facile de communiquer avec les Morts (démons). Le 31 octobre (fête d’halloween) est le Nouvel An du calendrier des satanistes. C’est d’ailleurs durant cette nuit-là que des sacrifices humains sont pratiqués par les satanistes. Le but est l’adoration des démons et un apprentissage constant à maudire les gens. Cette fête, habilement présentée comme une manifestation ludique et innocente est donc une banalisation de la sorcellerie. Le nom de cette fête est associé à la veille de la Toussaint. Lorsque les gens célèbrent l’Halloween ils célèbrent et apporte un culte à Satan. Saviez-vous que le soir d’halloween, les satanistes offre en sacrifice à Satan des enfants illégitimes de couples satanistes ? Halloween c’est l’occultisme des enfants Pour moi, Halloween c’est la pédophilie de la conscience, ont viole la conscience des enfants. Transmis par le Pasteur Didier Biava Pasteur Samuel Foucart »


http://topchretien.jesus.net/topinfo/view/4907/tout-ce-que-vous-navez-pas-envie-dentendre-concernant-halloween.html

http://www.info-sectes.org/halloween/appel.htm

http://www.info-sectes.org/haloween/haloween.htm

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que la repentance ?

  http://drflorymwit.d.r.pic.centerblog.net/3a663a80.gifQu’est que la repentance ?

  Avant de définir la repentance, permettez-moi de faire une remarque importante. Dieu ne demande jamais à la victime de se repentir de l’abus sexuel passé. De nombreuses victimes ont été angoissées, implorant le pardon pour ce qui s’était produit, ou pour ce qu’elles avaient expérimenté, alors qu’elles ne sont nullement coupables de ces choses.

La repentance est le renversement interne de notre manière de percevoir la source de la vie. Elle nous fait reconnaître que nos dispositions auto-protectrices pour éviter les blessures ne nous ont pas conduits dans la vie réelle (l’abandon sans réserve à Dieu qui en définitive procure un authentique sentiment de plénitude et de joie) ni amenés à nouer des relations significatives et tonifiantes.

La repentance nous fait véritablement découvrir le commandement suprême d’aimer, même pour ceux qui ont été traîtreusement pris au piège de l’abus. En fin de compte, la repentance c’est le retour à Dieu d’un être affamé, brisé, silencieux et sans excuse pour le mal infligé à nous-mêmes et aux autres, et pour le chagrin causé à Dieu.

Il est bon de refuser les systèmes défensifs qui engourdissent l’âme et lui évitent de ressentir la souffrance afin de goûter à la vie avec toutes nos capacités. Dans la vie, l’essentiel c’est de donner, non de recevoir. Par la grâce de Dieu, nous avons déjà reçu ce après quoi nous soupirions et que nous ne méritions pas. Nous avons maintenant le privilège d’entrer dans le domaine véritablement réel: celui de la relation centrée sur autrui. La repentance nous pousse dans cette direction.


Repentance ou pénitence ?

Dans la repentance authentique, la personne reconnaît son incapacité de s’amender par elle-même; la pénitence, elle, suppose qu’elle a la capacité de s’amender par elle-même.

La repentance est l’humble aveu d’un désir; la pénitence est une forme de mortification qui paraît humble, mais est en fait prétentieuse.

La pénitence est un remboursement, la repentance un appel à la miséricorde.

La repentance et la pénitence ont des effets tout à fait différents. La repentance adoucit la personne, la pénitence l’endurcit.

La repentance fait disparaître la terreur qu’inspire la honte, parce que l’âme a déjà reconnu qu’elle est nue, affamée et qu’elle ne mérite rien. L’individu qui se sait accepté comme pécheur n’a plus rien à cacher ni à craindre; c’est pourquoi il est libre d’aimer les autres sans avoir à redouter leur réaction ou leur rejet, Lu.7:47.

À l’opposé, la pénitence endurcit le cour de la victime. Une fois qu’elle a payé pour son péché, celui-ci est annulé; personne n’a donc le droit d’exiger davantage d’elle.

Le mépris est l’énergie qui alimente la pénitence. Il fait croire qu’on est opprimé et indigne, et engendre finalement la colère et la haine meurtrière. Le résultat est une tristesse non salutaire, pleine d’apitoiement sur soi et de désespoir.

En revanche, une authentique conviction de péché entraîne un attendrissement du coeurqui dissipe le mépris d’autrui, suite à la prise de conscience qu’au fond  nous ne sommes pas meilleurs que ceux qui nous ont abusé.


Le mépris de soi est la contrefaçon satanique de la véritable conviction de péché. Le mépris attaque la prétendue cause du problème pour la maîtriser et s’efforce ensuite de rétablir les relations avec autrui et avec Dieu par le moyen d’actes de contrition. Celui qui confesse son péché, lui, reconnaît humblement son besoin de la grâce et accepte la tristesse qui conduit à la vie et à l’amour qui se donne.

La repentance atténue la honte, la tristesse qui mène à la vie est un mélange de l’amertume d’avoir peiné Dieu et de la douce joie de se savoir pardonné et accueilli par lui. Par exemple: « J’ai fait du tort à l’autre, je demande pardon, je fais confiance au Seigneur qu’il va m’aider. » Quant à la pénitence, elle augmente le mépris qui détourne le regard de la honte, affaiblit la vie et s’oppose à l’engagement. Par exemple: « J’ai manqué mon coup, je ne suis rien qu’un bon à rien (mépris), j’y arriverai jamais (opposition à l’engagement). »


Les effets intérieurs de la repentance

La repentance implique que nous admettions avoir été des victimes injustement privées de la vie. À partir de là, 2 voies distinctes s’offrent à nous.


Il y a le sentier sur lequel la tristesse qui conduit à la mort  affronte le chagrin en se disant: «Plus jamais. J’ai droit à la vie, et je ne veux plus en être privée.» Cette attitude en face du chagrin transforme en fait le mépris de soi en un mépris beaucoup plus virulent d’autrui.


L’autre sentier, celui de la tristesse qui conduit à la vie, modifie progressivement le chagrin lié à ce que nous avons subi en une prise de conscience des dommages que nous avons fait subir aux autres par notre décision de vivre de façon léthargique. La voie proposée par la Bible pour affronter la vie nous détourne toujours de notre égocentrisme et exprime ce qui est le fondement de l’éthique chrétienne: l’amour désintéressé du prochain.

Allender, Da

 

Stop !

Stop !  dans Stop !

Le stop

 

Qui ne connaît ce mot anglais qui signifie : Halte ! Arrêt obligatoire.

On le trouve dans nos rues, carrefours, routes nous mettant dans l’obligation de nos arrêter à l’endroit désigné, car c’est impératif. Ne pas en tenir compte constitue pour celui qui le transgresse un délit répréhensible aux yeux de la loi, mais bien plus encore, un grave danger pour sa vie et celle des autres !

 

Une décision hâtive amènera toujours avec elle des conséquences tragiques comme celle de ce conducteur pressé qui, « brûlant » un stop, alla emboutir une autre voiture. Son excuse : « J’étais pressé et j’ai cru pouvoir passer ». Son résultat ; cinq morts, dont son   épouse et ses deux enfants, et deux autres personnes qui se trouvaient dans le véhicule embouti ! … Mais il est un autre danger, aux conséquences plus graves encore et qui concerne le sort de l’âme ! Aussi Dieu lance son cri d’alarme, Son avertissement à tous les humains. Dieu parle, il faut écouter, Son message doit nous faire marquer un temps d’arrêt dans notre vie terrestre. C’est le stop divin : « Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu ! »

 

Ami, toi qui vas ça et là dans la vie, sans but précis, peut-être insouciant du lendemain ou qui penses que s’il y avait Diu, pourquoi ceci, pourquoi cela ? Ou bien qui te cantonnes dans ta religion, arrête-toi un instant pour écouter ce que Dieu dit : « Je suis ton créateur, j’ai mis en toi le souffle de la vie sur lequel tu n’as aucun pouvoir, car je puis te le retirer au moment que j’ai décidé. Mais j’aime toutes mes créatures, j’ai envoyé mon Fils unique, Jésus-Christ, qui, acceptant de faire Ma volonté a porté sur lui le péché du monde à la Croix du Calvaire. Il m’a demandé de vous faire grâce ; j’ai répondu favorablement, j’accorde le pardon à tous ceux qui se repentiront et l’accepteront comme Sauveur et Maître ! ».

 

 Ami, t’es-tu arrêté à ce stop divin ? As-tu prêté l’oreille au message que Dieu t’a délivré ?… Si oui, tu peux traverser sans crainte le carrefour dangereux car ton pardon te confère aussi la paix pour l’éternité avec Lui.

 

1 Samuel 9.27« Quand ils furent descendus à l’extrémité de la ville, Samuel dit à Saül: Dis à ton serviteur de passer devant nous. Et le serviteur passa devant. Arrête-toi maintenant, reprit Samuel, et je te ferai entendre la parole de Dieu. »

Psaumes 46.10(46:11)  « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu: Je domine sur les nations, je domine sur la terre. «

Jules Depiere (Trésor Quotiden)

 

 

 

 

 

Le maître trompeur : Satan

Le maître trompeur

C’est évident ! Pourquoi imiterait-on de mauvais tableaux ou des inventions inutiles ou encore les titres d’une société en faillite ? Les faux-monnayeurs, par exemple, ont un motif très lucratif d’encourir à la fois l’opposition de l’État et celle de leur propre conscience et, bien qu’ils ne paraissent pas dangereux, ils sont une menace pour la société.

Il en est de même du Prince des faussaires, mais assez étrangement, ce brillant imposteur semble travailler pratiquement sans opposition. Il n’y a aucune loi contre lui et personne ne dénonce ses activités. Peut-être parce qu’il prétend être un grand bienfaiteur… promettant le pouvoir, le bonheur, l’amour, la paix, la force, la santé… à ceux qui veulent bien entrer dans son jeu.

Mais Jésus-Christ l’appelle « le père du mensonge » (Jean 8 v.44), la Bible le nomme « le diable, Satan, celui qui séduit la terre habitée toute entière » (Apocalypse 12 v.9). Il est assez subtil  pour se déguiser en « ange de lumière » (voir 2 Corinthiens 11:14) et assez méchant pour entraîner avec lui, sous la malédiction éternelle, ceux qui se laissent prendre par ses tromperies. Tout ce qu’il propose semble plaisant et beau, mais il s’agit en fait de pièges splendidement décorés et terriblement efficaces.

Son but

Ce maître trompeur a une passion dévorante : substituer de plus en plus son influence à celle de Dieu et finalement être adoré à sa place. Des foules en nombre grandissant répondent complaisamment à son désir. On refuse de se confier en Dieu, et l’on entre dans le jeu de celui qui est le Trompeur.

Ses méthodes

Bien des pratiques sont, pour le malheur de millions de gens, étroitement liées au culte de Satan :

La prédiction

La prédiction de l’avenir par des voyants, cartomanciens, diseurs de bonne aventure… La forme la plus répandue est l’établissement des horoscopes ; mais il y a aussi la lecture des lignes de la main, la baguette divinatoire, le pendule sidéral, le miroir magique, la boule de cristal… Ces pratiques et bien d’autres ne sont souvent que des attrape-nigauds, mais aussi le fruit de l’activité spirituelle du diable à travers ceux qui les pratiquent.

La magie

La « magie blanche » se présente ordinairement sous un manteau « naturel » ou « pieux », tandis que la « magie noire » travaille consciemment et directement avec le diable. La magie se caractérise par des manipulations mystérieuses en prononçant des formules magiques ou des sentences. Elle inclut le pouvoir de donner ou de guérir des maladies, le pouvoir de jeter des sorts, la magie d’amour, la magie de haine, la magie de mort…

Le spiritisme

Le spiritisme, la prétendue communication avec les « esprits des morts » par le moyen de médiums, (ces esprits sont des démons qui endossent la personnalité des personnes décédées). Cela comprend également la clairvoyance, l’écriture automatique, l’entrée en transes, les tables tournantes et d’autres phénomènes paranormaux.

N’est-il pas tragique que tant de personnes bravent le juste jugement de Dieu pour quelques moments de puissance, de plaisir, de délivrance ou de soulagement trompeurs venant du diable?

Nombreux sont les adeptes de l’occultisme qui prétendent que leur pouvoir vient de Dieu et qu’il sert à faire du bien à leur prochain (même s’ils en retirent une très large source de profit!). Mais quiconque connaît le vrai Dieu, lit et obéit à Sa Parole, sait qu’il n’en est rien car Dieu n’accorde pas Sa Puissance à ceux qui ne lui appartiennent pas et qui ne gardent pas sa Parole.

« Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit mais éprouvez les esprits pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde. Par ceci vous connaissez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui reconnaît Jésus-Christ venu en chair est de Dieu, et tout esprit qui ne reconnaît pas Jésus-Christ venu en chair n’est pas de Dieu ; c’est là l’esprit de l’antichrist, dont vous avez entendu dire qu’il vient, mais maintenant il est déjà dans le monde » (1 Jean 4 v.1 à 3).

Que dit la Bible ?

La Bible est le Livre de la Révélation Divine et, seule, peut parler avec autorité, étant la PAROLE DE DIEU.
Son enseignement est très clair en ce qui concerne l’exercice des pouvoirs surnaturels ; ces pouvoirs ne sont pas niés, mais l’exercice en est formellement interdit : « Il ne se trouvera pas au milieu de toi… ni devin qui se mêle de divination, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, ni sorcier, ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel » (Deutéronome 18 v. 10-12 ; voir aussi Lévitique 19 v. 31 ; 2 Rois 21 v. 6 ; 1 Chroniques 10 v. 13-14 …)

L’activité de Satan

Satan et ses démons ignorent l’amour : « le diable a été  meurtrier dès le commencement » (Jean 8 v. 44) mais « Dieu est amour» (1 Jean 4 v. 8). Dieu aime ; et Il nous a prouvé cet amor en envoyant son Fils unique ici-bas pour mourir pour des pécheurs (Romains 5 v. 8; Éphésiens 2 v. 4-5). Le Christ a prouvé Son amour  en acceptant de venir dans ce monde de péché et de rébellion contre Dieu pour offrir le salut et la guérison à une humanité malade du péché.
Satan et son armée de démons sont des experts de la déception. Que la curiosité envers leurs promesses alléchantes ne vous entraîne pas à partager leur sort ! «Alors le Seigneur dira: Allez-vous en loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges» (Matthieu 25 v. 41)

Le choix

Quand Satan promit le pouvoir à Jésus-Christ s’il voulait seulement se prosterner et l’adorer, Jésus lui répondit : «Va-t-en, Satan, car il est écrit : “Tu rendras hommage au Seigneur ton Dieu et tu le serviras lui seul” »  (Luc 4 v.8). Vaincu, le diable laissa Jésus pour un moment.

« Personne ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera a l’un et méprisera l’autre »  (Matthieu 6 v.24)

« Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir » (Josué 24 v.15)

Il n’est pas trop tard pour faire votre choix. Dieu dit de Jésus : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le! » (Luc 9 v. 35).

Remettez votre être tout entier entre les mains du Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui « a été manifesté pour qu’Il détruise les œuvres du diable » (1 Jean 3 v. 8). Confessez Lui vos péchés, et Il vous pardonnera. Il fera de vous un enfant  de Dieu. Alors vous jouirez aussitôt d’une vie nouvelle dans le Christ, d’une vie spirituelle déjà maintenant et pour l’éternité.

C’est la seule protection réelle contre le prince des faussaires, contre le Maître Trompeur!

Jésus dit : «JE SUIS le chemin, la vérité et la Vie, personne ne vient au Père si ce n’est par Moi » (Jean 14 v. 6).

« Choisis la vie, afin que tu vives » (Deutéronome 30 v.19)


« C’est pour ceci que le Fils de Dieu a été manifesté :
pour qu’il détruise les œuvres du diable »
(1 Jean 3 v. 8)

« … par la mort, il a rendu impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort,
c’est-à-dire le diable » (Hébreux 2 v. 14)

« Soumettez-vous donc à Dieu.
Résistez au diable, et il s’enfuira de vous.
Approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous.»
Jacques 4 v. 6-7)

Au reste, mes frères … Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu,
pour pouvoir tenir ferme contre les artifices (ou les ruses) du diable …
Par dessus tout, prenez le bouclier de la foi grâce auquel vous pouvez éteindre
toutes les flèches enflammées du Méchant (ou du Malin) » (Ephésiens 6 v.10-11-16)

 

(Auteur inconnu)

 

 

 

Fête de Noêl, fête païenne

Fete de Noël : origine païenne

Comme vous le savez tous, la date de mon anniversaire approche.

Tous les ans, il y a une grande célébration en mon honneur et je pense que cette année encore cette célébration aura lieu.
Pendant cette période, tout le monde fait du shopping, achète des cadeaux, il y a plein de publicité à la radio et dans les magasins, et tout cela augmente au fur et à mesure que mon anniversaire se rapproche.
C’est vraiment bien de savoir, qu’au moins une fois par an, certaines personnes pensent à moi. Mais je remarque que si au début les gens semblaient comprendre, reconnaissants de tout ce que j’ai fait pour eux, plus le temps passe, et moins ils semblent se rappeler la raison de
cette fête.
Les familles et les amis se rassemblent pour s’amuser, mais ils ne connaissent pas toujours le sens de la fête.
Je me souviens que l’année dernière il y avait un grand banquet en mon honneur.
La table de salle à manger était remplie de mets délicieux, de gâteaux, de fruits et de chocolats.
La décoration était superbe et il y avait beaucoup de magnifiques cadeaux emballés de manière très spéciale.

Mais vous savez quoi ? Je n’étais pas invité… J’étais en théorie l’invité d’honneur, mais personne ne s’est rappelé de moi et ils ne m’ont pas envoyé d’invitation.
La fête était en mon honneur, mais quand ce grand jour est arrivé, on m’a laissé dehors, et ils m’ont
fermé la porte à la figure, et pourtant moi je voulais être avec eux et partager leur table.
Ils passaient un bon moment quand un gros bonhomme à la barbe blanche est arrivé, vêtu d’une longue robe rouge, et tous les enfants ont couru autour de lui, criant « Père Noël !
Père Noël ! » comme si la fête était en son honneur !
A minuit, tout le monde a commencé à s’embrasser ; j’ai ouvert mes bras et j’ai attendu que quelqu’un vienne me serrer dans ses bras et personne n’est venu à moi.
Ils se sont tous mis à s’échanger des cadeaux .  Ils les ont ouverts un par un.
Quand tout a été déballé, j‘ai regardé pour voir si, peut-être, un cadeau était resté pour moi.

Qu’auriez-vous ressenti si, le jour de votre anniversaire, tout le monde s’échangeait des cadeaux et que vous n’en receviez aucun ?
J’ai compris que j’étais oublié, que je n’étais pas désiré à cette soirée.
J’aurais voulu pour la fête de Noël cette année, que vous me laissiez rentrer dans la fête de votre vie  et que vous vous rappeliez qu’il y a 2000 ans, je suis venu au monde pour cela et donner ma vie  pour vous.
J’espère que cette année vous serez nombreux à me joindre à votre fête.
Jésus
(auteur inconnu)

 

N’oubliez pas de lire cet article également :

Réponse à une lettre adressée au Père Noël !

http://topchretien.jesus.net/topmessages/view/7868/reponse-une-lett…


Qu’allons-nous faire  cette année ?

 




christestseigneur |
Le journal de la Grenouille |
israel12 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | courspdv
| paroissesaintemariemadeleine
| Ma rencontre avec Dieu par ...