Archive pour la Catégorie 'La repentance'

Qu’est-ce que la repentance ?

  http://drflorymwit.d.r.pic.centerblog.net/3a663a80.gifQu’est que la repentance ?

  Avant de définir la repentance, permettez-moi de faire une remarque importante. Dieu ne demande jamais à la victime de se repentir de l’abus sexuel passé. De nombreuses victimes ont été angoissées, implorant le pardon pour ce qui s’était produit, ou pour ce qu’elles avaient expérimenté, alors qu’elles ne sont nullement coupables de ces choses.

La repentance est le renversement interne de notre manière de percevoir la source de la vie. Elle nous fait reconnaître que nos dispositions auto-protectrices pour éviter les blessures ne nous ont pas conduits dans la vie réelle (l’abandon sans réserve à Dieu qui en définitive procure un authentique sentiment de plénitude et de joie) ni amenés à nouer des relations significatives et tonifiantes.

La repentance nous fait véritablement découvrir le commandement suprême d’aimer, même pour ceux qui ont été traîtreusement pris au piège de l’abus. En fin de compte, la repentance c’est le retour à Dieu d’un être affamé, brisé, silencieux et sans excuse pour le mal infligé à nous-mêmes et aux autres, et pour le chagrin causé à Dieu.

Il est bon de refuser les systèmes défensifs qui engourdissent l’âme et lui évitent de ressentir la souffrance afin de goûter à la vie avec toutes nos capacités. Dans la vie, l’essentiel c’est de donner, non de recevoir. Par la grâce de Dieu, nous avons déjà reçu ce après quoi nous soupirions et que nous ne méritions pas. Nous avons maintenant le privilège d’entrer dans le domaine véritablement réel: celui de la relation centrée sur autrui. La repentance nous pousse dans cette direction.


Repentance ou pénitence ?

Dans la repentance authentique, la personne reconnaît son incapacité de s’amender par elle-même; la pénitence, elle, suppose qu’elle a la capacité de s’amender par elle-même.

La repentance est l’humble aveu d’un désir; la pénitence est une forme de mortification qui paraît humble, mais est en fait prétentieuse.

La pénitence est un remboursement, la repentance un appel à la miséricorde.

La repentance et la pénitence ont des effets tout à fait différents. La repentance adoucit la personne, la pénitence l’endurcit.

La repentance fait disparaître la terreur qu’inspire la honte, parce que l’âme a déjà reconnu qu’elle est nue, affamée et qu’elle ne mérite rien. L’individu qui se sait accepté comme pécheur n’a plus rien à cacher ni à craindre; c’est pourquoi il est libre d’aimer les autres sans avoir à redouter leur réaction ou leur rejet, Lu.7:47.

À l’opposé, la pénitence endurcit le cour de la victime. Une fois qu’elle a payé pour son péché, celui-ci est annulé; personne n’a donc le droit d’exiger davantage d’elle.

Le mépris est l’énergie qui alimente la pénitence. Il fait croire qu’on est opprimé et indigne, et engendre finalement la colère et la haine meurtrière. Le résultat est une tristesse non salutaire, pleine d’apitoiement sur soi et de désespoir.

En revanche, une authentique conviction de péché entraîne un attendrissement du coeurqui dissipe le mépris d’autrui, suite à la prise de conscience qu’au fond  nous ne sommes pas meilleurs que ceux qui nous ont abusé.


Le mépris de soi est la contrefaçon satanique de la véritable conviction de péché. Le mépris attaque la prétendue cause du problème pour la maîtriser et s’efforce ensuite de rétablir les relations avec autrui et avec Dieu par le moyen d’actes de contrition. Celui qui confesse son péché, lui, reconnaît humblement son besoin de la grâce et accepte la tristesse qui conduit à la vie et à l’amour qui se donne.

La repentance atténue la honte, la tristesse qui mène à la vie est un mélange de l’amertume d’avoir peiné Dieu et de la douce joie de se savoir pardonné et accueilli par lui. Par exemple: « J’ai fait du tort à l’autre, je demande pardon, je fais confiance au Seigneur qu’il va m’aider. » Quant à la pénitence, elle augmente le mépris qui détourne le regard de la honte, affaiblit la vie et s’oppose à l’engagement. Par exemple: « J’ai manqué mon coup, je ne suis rien qu’un bon à rien (mépris), j’y arriverai jamais (opposition à l’engagement). »


Les effets intérieurs de la repentance

La repentance implique que nous admettions avoir été des victimes injustement privées de la vie. À partir de là, 2 voies distinctes s’offrent à nous.


Il y a le sentier sur lequel la tristesse qui conduit à la mort  affronte le chagrin en se disant: «Plus jamais. J’ai droit à la vie, et je ne veux plus en être privée.» Cette attitude en face du chagrin transforme en fait le mépris de soi en un mépris beaucoup plus virulent d’autrui.


L’autre sentier, celui de la tristesse qui conduit à la vie, modifie progressivement le chagrin lié à ce que nous avons subi en une prise de conscience des dommages que nous avons fait subir aux autres par notre décision de vivre de façon léthargique. La voie proposée par la Bible pour affronter la vie nous détourne toujours de notre égocentrisme et exprime ce qui est le fondement de l’éthique chrétienne: l’amour désintéressé du prochain.

Allender, Da

 




christestseigneur |
Le journal de la Grenouille |
israel12 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | courspdv
| paroissesaintemariemadeleine
| Ma rencontre avec Dieu par ...